Spécial fête des mères : Livraison offerte | Retour gratuit

  

Spécial fête des mères : Livraison offerte | Retour gratuit

Blog

Mécanique, automatique, électronique, quels sont les différents mouvements de montres ?

Si on veut savoir comment fonctionne une montre, il est utile de s’intéresser au mouvement qui est  intégré lors de sa fabrication. Selon le mécanisme qui se trouve dans votre montre, elle ne fonctionnera pas de la même manière. C’est pourquoi il est intéressant de comprendre quel mouvement fait tourner les aiguilles de votre bijou : un mouvement mécanique ou un mouvement électronique ? En quoi sont-ils différents et comment peuvent-ils répondre au mieux à vos attentes ?  

Le mouvement mécanique, un savoir faire complexe

  • Un peu d’histoire

Le mouvement mécanique tient ses origines dans la construction des horloges à balancier apparue au XIVe siècle, encore présentes dans les salons de nos grands-parents, elles étaient composées de ce même système. Les premièresmontres à mouvement mécanique apparaissent deux siècles plus tard et sont particulièrement développées sous la forme de montre à gousset. Même si leur première fonctionnalité était de donner l’heure, les joailliers se sont rattachés au métier d’horloger pour en faire de vrais accessoires de mode. Ils se mettent à remplacer les matériaux qui composent la montre par des pierres de gemme (pierres fines, précieuses ou ornementales de couleur attrayante), de l’argent ou du bronze et commercialisent les premières montres-bracelets que nous connaissons tous aujourd’hui.

 

  • Comment ça fonctionne ? 

Le mouvement de montre mécanique fonctionne grâce à l’assemblage d’environ 130 pièces imbriquées les unes avec les autres et qui sont présentes dans la partie non-visible de la montre, appelé les rouages. Cet assemblage minutieux est le résultat d’un savoir-faire qui permet à votre montre de fonctionner sans pile. La qualité du mouvement mécanique, qu’on appelle dans le jargon le « calibre » de la montre, varie en fonction du nombre de pièces et la façon dont elles sont assemblées. 

 

Les montres à mouvement mécaniques ont toutes une réserve de marche qui correspond à l’autonomie de la montre. Si vous optez pour une montre à mouvement mécanique, l’assemblage de la montre qui permet son fonctionnement agit de la même manière qu’un compte à rebours. La qualité du calibre devient alors importante car, plus il sera performant, plus l’autonomie de la montre sera conséquente. Aujourd’hui, la réserve de marche moyenne est d’environ 40 heures même si certains modèles peuvent monter jusqu’à plusieurs jours. 

 

On distingue parmi les montres mécaniques des montres à remontage manuel et des montres à remontage automatique. Cette notion de remontage tient son nom du remontoir aussi appelé la couronne, une petite pièce visible sur la montre qui permet d’activer les rouages de la montre. 

 

 

  • Le mouvement mécanique manuel 

 

Le mouvement mécanique manuel est le mouvement le plus ancien qui existe dans l’horlogerie. Ce mouvement tient son appellation du mécanisme à l’intérieur de la montre qui demande d’être remonté manuellement pour activer la réserve de marche. Les rouages généralement non-visibles dans la montre, s’activent lorsque fait tourner la couronne pour mettre la montre à l’heure. Cette couronne permet d’armer le ressort qui est lié à une tige de remontoir. Celle-ci entraînera un mouvement d’engrenage du barillet, une pièce composante du rouage à la forme d’une roue dentée. Étant rattaché à son pignon de forme cylindrique, aussi appelé « l’arbre de barillet », il va permettre de produire une force motrice qui sera répartie dans l’ensemble des autres rouages de la montre.

 

Bien que cela peut être contraignant de devoir penser à remonter manuellement sa montre, ce mécanisme s’inscrit dans l’histoire de l’horlogerie. Ce savoir-faire est très apprécié et reconnu par les amateurs pour son authenticité et son histoire. Kelton a d’ailleurs voulu rendre hommage à cette technique minutieuse avec le modèle Vietnam qui possède 3 aiguilles.  En effet, il est conseillé de remonter sa montre avant que sa réserve de marche arrive à sa fin pour ne pas avoir à la régler une nouvelle fois. Pour les plus tête en l’air, certains modèles sont équipés d’une jauge de réserve de marche qui permet de connaître le temps qu’il reste avant de devoir remonter une nouvelle fois sa montre.

 

 

 

  • Le mouvement mécanique automatique 

 

Le mouvement mécanique automatique sur les montres-bracelets est présenté en 1923 par l’horloger britannique John Harwood qui prête une attention importante à cette technologie. De la même manière que les montres à remontage manuel, elles sont dotées d’un mécanisme complexe. L’assemblage de la montre n'est plus tout à fait le même puisqu'une masse oscillante appelée le rotor, vient remonter automatiquement le ressort rattaché à la couronne lors des mouvements de votre bras.  La montre automatique demande alors moins de rigueur si elle est portée régulièrement. Car en effet, ce mécanisme ne fonctionne que s’il est activé par le mouvement du balancement du bras. Si vous partez en vacances sans votre montre, il est certain qu’à votre retour, il vous faudra passer par un remontage manuel pour la refaire fonctionner. 

 

Ces montres ont la particularité d’être plus lourdes et plus épaisses que les montres à remontage manuel puisque la masse oscillante vient alourdir le mécanisme de la montre. Elles peuvent également être moins fiables que les montres électroniques dans l’indication de l’heure, puisqu’elles ne sont pas configurées de manière régulière. L’indication de l’heure peut donc être faussée de quelques minutes. C’est pour cela que la qualité du calibre est très importante si l’on souhaite avoir de la précision dans l’affichage de l’heure.

 

 

 

 

 

Le mouvement électronique, une précision inégale

 

  • Un peu d’histoire

 

Le mouvement de montre électronique, aussi appelé mouvement à Quartz, est celui le plus répandu puisque qu’il représente environ 95% des montres produites dans le monde. Il a été rendu possible grâce aux recherches effectuées au début du XXe siècle par une équipe d’ingénieurs radio qui cherchaient une source de fréquence stable et constante. Vous allez vous dire : mais quel rapport avec les montres ? Et bien car cette recherche a pu révéler les capacités du Quartz. Sa fréquence va permettre de créer des oscillateurs électroniques plus stable et plus précis que les modèles en acier présents dans les montres mécaniques. Pendant 30 ans, ces montres étaient de taille comparable à un four de cuisinière. C’est en 1967 que tout change pour le mouvement électronique qui va devenir connu par le grand public. La première montre-bracelet à Quartz a été commercialisé par Seiko en 1969, après 10 ans de recherche et développement : la Seiko 35SQ.

 

 

  • Comment ça fonctionne ?

 

Si la montre à mouvement électronique est aussi appelée la montre à Quartz, c’est car ce cristal qui créait un signal temporel précis, permet à l’oscillateur électronique de fonctionner. La montre électronique fonctionne avec une pile. Le cristal de Quartz est un cristal qui laisse naturellement passer l’électricité. Ses propriétés piézoélectriques permettent d’osciller à une fréquence stable afin d’être stimulé. Le nombre de vibrations du Quartz permet de déterminer le temps écoulé. La pile va envoyer un courant électrique réceptionné par l’oscillateur à Quartz, cela va alors créer des vibrations régulières qui permettent de faire tourner les aiguilles électriquement. Elle est donc le moteur de la montre, contrairement à la montre mécanique qui a pour moteur ses rouages. 

Il existe parmi les montres électroniques des montres à Quartz, des montres à Quartz solaire et des montres à Quartz kinétique. 

 

 

  • Le mouvement électronique à Quartz 

 

Le mouvement électronique à Quartz permet, comme il est précisé plus haut, de fonctionner sans remonter la montre. Ce mouvement va apporter plus de précision par rapport à l’heure puisque les vibrations sont plus précises de par leur régularité.  Ces montres électroniques, fabriquées par piles, sont néanmoins moins prestigieuses car elles ne nécessitent pas le même savoir-faire. Même si elles sont plus précises (elle estime le temps avec une marge d’erreur de quelques secondes), les montres électroniques sont fabriquées avec beaucoup moins de pièces, c’est pourquoi elles sont bien moins coûteuses que les montres manuelles. Kelton, de par son positionnement qui se veut accessible à tous, propose un large choix à mouvement électronique dont les montres de la collection unisexe Idyllic dotées d’un bracelet bicolore interchangeable. 

 

La durée de vie de ces montres n’est pas la même que celle des montres mécaniques car les composants électriques avec lesquels elles sont fabriquées viennent à s’user au fil du temps. En revanche, elles sont pratiques puisque la pile peut se changer. Il suffit donc d’aller chez un bijoutier qui sera en mesure de vous changer la pile et ça sera reparti de plus belle. En moyenne, le changement des piles s’effectue tous les 2 ans, même si certaines piles actuelles permettent une durée de vie de 5 ans. 

 

 

 

  • Le mouvement électronique à Quartz solaire  

 

Le mouvement de montre électronique à Quartz solaire fonctionne avec de l’électricité comme la montre à Quartz. Cependant, elles ne sont pas fabriquées à l’aide d’une pile, mais à l’aide de capteur solaire disposé sur le cadran de la montre. Ces capteurs vont transformer l'énergie solaire en électricité qui pourra ensuite faire fonctionner le mécanisme de la montre. Une exposition quotidienne à la lumière naturelle lui permet une autonomie durable. Une exposition à la lumière artificielle rend également possible la recharge de la montre bien que ce soit moins efficace. 

 

Les montres à Quartz solaire ont une durée de pile plus longue que les montres électroniques puisqu’elles se rechargent automatiquement grâce à l’exposition à la lumière. Elles sont donc plus respectueuses de l’environnement car elles produisent moins d’émission de C02 dans la construction des composants.

En revanche, elle demande un entretien plus assidu afin de ne pas abîmer les capteurs essentiels aux fonctionnements de la montre. Il est recommandé de nettoyer quotidiennement les saletés sur la montre avec un chiffon en microfibre, d’éloigner la montre des objets magnétiques ou qui dégagent de l’électricité statique, de ne pas faire de plongée sous-marine et enfin de ne pas la nettoyer avec des solvants et diluants qui pourraient altérer les capteurs de votre montre.  

 

 

 

 

  • Le mouvement électronique à Quartz kinétique 

 

Les montres à Quartz kinétique sont aussi appelées les montres autoquartz. Le premier modèle de ces montres a été mis sur le marché par Seiko, qui lui a également donné ce nom car il renvoie au mouvement cinétique présent dans les montres automatiques. Ce mouvement de montre est très rare sur le marché. Si vous souhaitez vous en procurer une, Seiko reste la marque de référence pour ce genre de mouvement de montre.

 

Elles sont dotées d’un mécanisme qui se situe entre celui de la montre électronique à Quartz et celui de la montre à mouvement mécanique automatique. On vient rattacher le rotor, une masse oscillante, qui va permettre, comme pour les montres mécaniques, de tendre un ressort grâce au mouvement de poignet. Grâce à ce mécanisme, le rotor va produire de l’électricité lors des mouvements de votre bras et va permettre de faire fonctionner le mécanisme de la montre.